Coronavirus. Le cuivre, un métal précieux pour contrer le Covid-19?

Le cuivre est déjà utilisé dans les unités de soins intensifs dans les hôpitaux, où les surfaces conçues en cuivre permettent de diminuer de 40 % les risques d’infection. Ses nanoparticules s’en prennent rapidement et efficacement aux acides nucléiques de l’ADN d’un virus.

Le Chili a été un des premiers pays à en vanter les vertus. Et pour cause. Il est le premier producteur de cuivre au monde, et a rapidement parié sur les propriétés antiseptiques de ce métal qui élimine efficacement bactéries, virus et champignons, pour faire face aux pénuries mondiales de masques provoquées par l’épidémie de coronavirus. Deux entreprises chiliennes ont ainsi développé des modèles de masques auxquels ont été ajoutées des nanoparticules de cuivre.

Le cuivre comme parade à la propagation du Covid-19 ? C’en est une et elle a avant tout une explication scientifique. Selon plusieurs études publiées par le New England Journal of medicine et les Universités américaines de Californie, Los Angeles et Princeton, le coronavirus SARS-CoV-2 peut survivre entre deux et trois jours sur du plastique et de l’acier inoxydable, et au moins 24 heures sur du carton. Sur le cuivre en revanche, les traces du Covid-19 disparaissent en quatre heures.

Le cuivre est d’ailleurs déjà utilisé dans les unités de soins intensifs dans les hôpitaux, où les surfaces conçues en cuivre permettent de diminuer de 40 % les risques d’infection. En 2008, l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) a notamment approuvé l’enregistrement de 270 alliages de cuivre ayant des propriétés bactéricides sur les surfaces de contact.

Le cuivre cible une partie de l’ADN du virus

Les nanoparticules de cuivre détruisent les acides nucléiques de l’ADN d’un virus ou d’une bactérie en un processus très rapide et efficace, explique Daniel Martinez, travaillant pour l’entreprise Copper 3D. Cette dernière s’est lancée dans la fabrication de masques réutilisables, fabriqués à base d’un polymère dans lequel ont été injectées des nanoparticules de cuivre.

Le Chili, qui assure un tiers de la production mondiale de cuivre, a fait certifier les propriétés antiseptiques de ce métal.

L’étude citée ce jour par le Huffingtonpostet dans laquelle Bill Keevil, microbiologiste à l’université de Southampton (Grande-Bretagne), planchait sur un coronavirus cousin du Covid-19, démontrait en 2015 qu’il suffisait de 20 minutes passé sur un alliage constitué à 95 % de cuivre pour qu’une dose de liquide contagieux soit entièrement détruite.”

Article: Ouest-France, avril 2020

Ici, en France, nous vendons une gamme de vêtements infusés de cuivre allant des draps, sous-vêtements aux masques de protection et aux gants.


Nos produits proviennent directement de notre distributeur en Angleterre où une femme a développé l’idée d’utiliser un tissu infusé de cuivre pour fabriquer des vêtements et des produits ménagers plus sains.

Jetez un œil à notre gamme complète et commandez dès aujourd’hui à notre bureau de Normandie.

Summary
Coronavirus. Le cuivre, un métal précieux pour contrer le Covid-19?
Article Name
Coronavirus. Le cuivre, un métal précieux pour contrer le Covid-19?
Description
Deux entreprises chiliennes ont ainsi développé des modèles de masques auxquels ont été ajoutées des nanoparticules de cuivre.
Author